† Le Manoir Bloody Cross †

Tu crois voir à travers les Abysses mais ce sont les Abysses qui voient à travers toi.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lilou Askaràn => en cours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilou Askaràn

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Lilou Askaràn => en cours...   Jeu 12 Fév - 12:35

on a tous un nom et un prénom


† NOM :Askaràn
† PRENOM : Ses prénoms sont : Levana Irina Ludmilla Olga Ustinya. Mais la jeune fille, bien que fière de ses origine a décidé de raccourcir ses prénoms en ne prenant que la première lettre de chacun d’entres eux. Ce qui a donné : Lilou. La plupart des gens ignorent cette histoire et croient tout simplement que c’est son prénom…
† SURNOM : Lou
† ÂGE : 16 ans
† ORIGINES : Russe
† NATIONALITE : Russe

on doit savoir ce que tu caches


† FONCTION : simple élève
† RACE : Vampire

† POUVOIRS :

† PLUS GRANDE PEUR : Lilou a peur, presque une phobie. D'où ça lui vient? Elle l'ignore, mais c'est même un cauchemar récurant. En effet, elle a peur qu'un jour, quelqu'un l'enferme dans un cercueil et la brûle...
† RÊVE :
† ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro

il y a toujours quelqu'un derrière l'écran, montre toi


† PSEUDO : lilou
† ÂGE : 19 ans
† OU AS-TU TROUVE LE FORUM ? Par un top site
† COMMENTAIRES, SUGGESTIONS ? Pas pour l’instant…
† CODE DU REGLEMENT : Code Bon, par Mentor.


Dernière édition par Lilou Askaràn le Jeu 12 Fév - 18:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilou Askaràn

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Lilou Askaràn => en cours...   Jeu 12 Fév - 12:38

on veut vraiment tout savoir, alors raconte


Chapitre I : Le passé touche le présent, autant que le futur...

Une histoire ne commence pas toujours à la naissance… Ce qui détermina la vie de Lilou en ce jour, cela ce passât il y plus de deux siècles. La date exacte, je ne la connais pas. A cette époque, elle n’avait aucune importance… Remontons à l’époque de l’ancêtre de Lilou, Kalhan, l’humaine qui ferait basculer sa lignée…
Il y a bien longtemps, alors que la vampire n’était pas née, alors que l’humaine n’existait pas encore… Ce fût lors d’une journée des plus banals que l’engrenage se mit en route vers une solution des plus étranges pour Kalhan. Qui aurait pût prévoir ce qui lui arriverait en entendant cela ?


« Te féliciter ? J’espère que tu te fous de moi… »
« Non, c’est ce que les gens poli font lors d’une annonce de mariage… »
« Tu es ridicule mon pauvre, ce n’est qu’une comédie bien fade que tu nous joue là, à ton père et à moi… »
« Non, j’aime Madeleine, qu’elle soit une simple paysanne ne me pose aucun problème ! »
« Et, sait-elle qui tu es ? »
« Oui, il le sait et ça ne lui pose pas non plus de problème… c’est ce qu’on appel l’amour, vois tu ? »
« Pfff, je suis sûr qu’elle est intéressée… Je te le répète, si tu n’annules pas ce mariage, je te répudie, je te renie, c’est ce que tu veux ? »
« Ce que je veux ? Ce que je veux c’est épouser Madeleine, fonder une famille avec elle et vivre heureux… avec ou sans vous… »
« Tu es grotesque, crois tu vraiment que tu puisses vivre sans notre argent ? »
« Ça ne sera vraiment pas un problème, contrairement à ce que tu crois… »
« Tu me fais honte, Jean… Pense un peu à ta famille… »
« Justement, c’est elle… et mon futur enfant…»
« Très bien, si c’est ce que tu veux… adieu… »

Voici ce que furent les dernières paroles de Elisabeth de Montalia, mère de Jean, futur époux de Madeleine Cayne. En effet, la famille de Montalia était l’une de ces vieilles familles de renom, de nobles, selon eux, qui vivaient dans le luxe et la richesse obtenue de leurs ancêtres et continuellement augmentée à force de travail acharné. Ils possédaient des terres cultivées des journaliers bien trop pauvres pour se défendre, une horde d’esclaves tous plus crédules les uns que les autres et plusieurs manoirs dans les villes avoisinantes. Oui, on pouvait les qualifiés de riches.

La mère de Kalhan, femme des plus simples, vivait avec ses parents dans une petite chaumière. Elle était analphabète et assez naïve mais sa tendre beauté avait subjugué le riche héritier. Pourtant dans cette histoire, ce fût elle qui crût voir débarquer un ange. Ou peut-être même un prince charmant, habillé de beau vêtement pourpre et d’une cape aussi sombre que la nuit. Chevauchant un bel étalon auburn, l’inconnu lui lança un sourire qui fit fondre toute défense en elle…

Pourtant, apeurée à l’idée de devenir noble, elle hésitait à épouser l’homme de sa vie. Mais elle était amoureuse et Madeleine était enceinte, elle ne voulait donc pas réfléchir…
Elle aurait dû car à peine furent-ils marié que leur amour prit une autre tournure…
Ce fut donc une fois marié que tout deux se rendirent compte qu’ils n’étaient pas fait l’un pour l’autre et que ce qu’ils avaient éprouvé et vécu n’était autre qu’une passion aussi étrange qu’imprévisible…
Ils se rendirent compte aussi qu’ils ne pouvaient pas rester trop longtemps ensemble car très vite l’un et l’autre s’énervaient et finissaient toujours par se disputer… En effet, l’argent avait rendu Madeleine exécrable et peu aimable avec son entourage. Quand à Jean, il lui en voulait à mort car à cause d’elle ses parents refusaient de l’aider financièrement…

Ce fut donc de cette façon que fut conçue la petite Kalhan, dans une passion passagère et bien trop innocente pour que sa venue soit accueillie comme il l’aurait fallut… Pourtant, ce fut bien une nuit de mai que la petite fille vint au monde. Ce fut une de ces nuits d’encre où seules quelques étoiles curieuses éclairèrent le ciel noir. Le silence du village n’était dérangé que par les cris que poussait Madeleine durant l’accouchement…


« Je ne peux plus ! »
« Madeleine, ne commencez pas à faire l’idiote, il vous faut continuer à pousser… »
« Mais grand-mère, je me sens trop faible… »
« Suffit ! Arrêtez vos caprices et poussez, le médecin vous a dit qu’il voyait la tête, faites un dernier effort… »

Dans un cri déchirant, Madeleine poussa, il fallait que ce petit être sorte car au sinon, sa grand-mère continuerait à l’ennuyer jusqu’à ce que se soit fait et bien fait… D’ailleurs, Katrina, sa grand-mère avait toujours été ainsi. Elle était perfectionniste jusqu’au bout des ongles et veillait à ce que leur nom soit significatif de haute noblesse bien que leur situation en était loin…

« Je l’aie… c’est une fille… »

Le nourrisson se frotta la bout du nez avec son petit poing droit mais ne cria pas, son premier bruit fut un doux soupir, comme s’il connaissait déjà tout de la bêtise humaine et du monde où il venait d’arriver. Kalhan était née, ignorant encore tout de l’avenir étonnant et sombre qui l’attendait… Le médecin l’emmena faire les différents examens importants pour vérifier qu’il était tout à fait en bonne santé alors que Madeleine, soulagée se reposait.

« On ne peut pas dire que tu aies fait preuve de beaucoup de courage… »
« J’aurais dû, peut-être ? »
« Tu représente l’une des familles les plus influentes et tu n’es même pas capable d’accoucher sans en faire tout un cirque… Ta fille, elle, a déjà comprit que son attitude devrait être irréprochable… elle n’a même pas pleuré… »
« Elle n’a sûrement pas fait autant d’effort que moi… »
« Plutôt que de rabaisser ainsi ce petit être, tu pourrais être fière d’elle… »

Madeleine soupira et se retourna, elle n’avait que faire des plaintes de Katrina, elle était lasse et ne voulait pas de cet enfant, il représentait tout ce qu’elle avait raté… Car même si, comme le lui rappelait sa grand-mère, elle avait épousé l’homme le plus riche des alentours, elle n’en était pas plus heureuse, au contraire… Pourtant, quelques minutes plus tard, le médecin entra dans la chambre avec le bébé dans ses bras.

« Bravo, elle est magnifique et déjà très vive… »
« Mmm… tant mieux… »
« Vous ne voulez pas la prendre dans vos bras ? »
« Donnez la à ma grand-mère, je dois me reposer un peu… »

Quelques peu ahurit, le médecin sortit de la chambre et retourna voir la vieille dame. En marchant, il regarda le petit ange qui dormait paisiblement dans ses bras, cette enfant était un joyau, il pressentait qu’elle ne serait pas commune tant son caractère semblait déjà bien affirmé, en effet lorsqu’il l’avait lavée, la petit fille lui avait lancé des regards outrés jusqu’à ce qu’il l’ait rhabillée, sans parler qu’elle n’avait pleuré aucune fois et n’avait jamais voulu tourné la tête pour qu’il puisse ausculter ses oreilles. Elle n’avait tourné la tête que lorsqu’il voulait regarder ses yeux. Oui, il était évident qu’elle ne serait pas commune…
Une fois dans le salon, le médecin s’arrêta près de la vieille dame.


« Voici votre arrière petite-fille… c’est un ange… »
« Pourquoi n’est elle pas avec sa mère ? »
« Votre petite-fille voulait se reposer, aussi m’a-t-elle demandé de vous l’apportée… »

Soupirant de honte, la grand-mère prit l’enfant dans ses bras. Lorsqu’elle baissa les yeux vers la petite, elle fut frappée de voire deux grand yeux bleu nuit l’observer, Kalhan semblait réfléchir et jauger sa grand-mère puis lorsque celle-ci sourit, l’enfant refera les yeux paisiblement. La vieille demanda au docteur si sa petite-fille était tout à fait saine ce qui provoqua un sourire chez le docteur. Il hocha de la tête puis partit, laissant l’enfant entre les mains de son futur…

Les années passèrent, Kalhan grandissait tant en beauté qu’en intelligence. Elle s’intéressait à tout, mais plus particulièrement aux plantes. Katrina, botaniste de métier, en était réjouie, ne manquant pas de passer tous ses savoirs à sa petite-fille. Elle lui apprit aussi les math, l’astrologie, les sciences, la puissance des plantes, les poisons et leurs antidotes, quelques bases de médecine,…

L’enfant avait maintenant 6 ans, elle était élevée par Katrina, son arrière grand-mère car ses parents passaient leur vie « au travail » et ce n’était pas elle qui réussirait à les faire rester. D’ailleurs, ils ne voulaient se voir que le moins possible, chacun ressentant exaspération et lassitude pour l’autre, unit seulement pour ce qui concernait l’avenir de leur unique enfant…
Kalhan vivait donc avec Katrina, dans le domaine des de Montalia, elle apprenait à devenir une fille de haute lignée, ayant reçu une bonne éducation,…
Mais la petite ne se passionnait pas pour ça, en réalité, alors qu’elle avait à peine 8 ans, elle avait une fâcheuse tendance à fuguer dès le soir tomber. En plus, comme elle était une jeune fille très dynamique, qui ne restait pas en place, elle devint très vite la chef de la petite bande de garçon du village, avec son caractère bien trempé et sa témérité un peu folle, elle les battait tous au combat…

Un jour, elle revint, au manoir, couverte d’hématomes et ses vêtements déchirés à plusieurs endroits. Sa grand-mère en fut effrayée et découvrit alors que Kalha n’était pas l’ange qu’elle croyait voir en elle. Madeleine, qui se trouvait justement au château vit alors en sa fille « une ouverture » de vengeance.
En effet, celle-ci en voulait à son mari et à sa grand-mère de la vie misérable qu’elle vivait. Selon elle, c’était de la faute de Jean si elle s’était retrouvée enceinte si jeune et celle de sa grand-mère si elle n’était pas meilleure. Elle était tellement ravagée par ces pensées noires, qu’elle avait commencé à se rendre à des réunions très sombres en pleine nuit...

Madeleine commença à se rapprocher de sa fille, elle commença à s’occuper d’elle tel qu’elle aurait dû le faire bien avant. Katrina, fière de voir sa petite fille se comporter enfin comme une vraie mère décida de quitter la demeure familiale, la laissant aux bons soins de sa chère Madeleine. Celle-ci en profita, elle pût ainsi faire découvrir à sa fille la « sorcellerie » sans que personnes ne viennent les déranger…
Mais en réalité, ni Madeleine ni Kalhan ne savait exactement où elle venait de se rendre. En réalité, le soi-disant sorcier n’était autre qu’un vampire qui se faisait passer pour un ancien mage qui pourrait apporter beaucoup de pouvoir à celles, car il n’acceptait que les femmes, à celles qui le vénéraient.
Très vite, le vampire remarqua l’adolescente, il vit en elle une parfaite compagne de la nuit. Mais, avant de la mordre, il voulait faire d’elle une amie et avoir toute sa confiance. Il voulait la préparer à recevoir Le sang, faire d’elle une élève disciplinée qui ne chercherait pas à lui désobéir…


Dernière édition par Lilou Askaràn le Jeu 12 Fév - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilou Askaràn

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Lilou Askaràn => en cours...   Jeu 12 Fév - 12:38

Chapitre II : Le soir, le tournant d'une vie et d'une lignée...

Le temps passât donc ainsi, le soir venu, Kalhan se rendait à la réunion et restait à parler avec le vampire, ne se rendant pas compte que petit à petit, le charme immortel du vampire agissait sur elle. Après quelques années, elle ne peut plus se passer de sa présence, il était son amour, celui qu’elle vénérait et aimait comme un amant…

Un soir, alors que Kalhan venait de fêter ses 24 ans, elle se rendit au manoir où les réunions se passaient chaque soir. La nuit était plus sombre et plus froide qu’habituellement. Levant les yeux au ciel, elle ne peut voir aucune étoile ni même de Lune. Ce soir, elle savait qu’elle serait seule avec Evrin, le vampire qui l’avait charmé. Habillée de sa plus belle robe, elle remonta l’allée d’un pat léger et sûr, elle était pressée de le rejoindre, de plonger dans ses bras.


*Ce soir Evrin, tu ne pourras plus me résister…*

Et oui, la jeune fille n’avait pas encore réussit à obtenir un seul baiser de l’être qui hantait son esprit et pourtant, ce n’était pas faute d’avoir essayer de l’y amener… La pauvre innocente aurait mieux fait ce soir là de retourner sur ses pats car Evrin lui non plus ne pouvait plus se passer d’elle, il la voulait auprès de lui pour l’éternité…

Arrivée à la porte d’entrée, habituellement ouverte, elle découvrit une allée de bougie qui lui indiquait de se rendre dans le jardin, à l’arrière. Heureuse de cette soudaine intimité, elle s’y rendit en vitesse et découvrit une table sur la quelle étaient disposées un grand nombre de bougie. Laissant glisser ses doigts le long du bois, elle avança vers l’étang du fond, pensant que son maître ne tarderait plus à la rejoindre, aussi voulait elle adopter une pause qui la mettrait à son avantage…
Avant même qu’elle n’arrive à la moitié du chemin, Evrin l’attrapa par la taille et la colla contre son corps musclé, provoquant un long et doux frisson dans tout le corps de la jeune femme. Il lui murmura alors à l’oreille d’une voix suave et chaude :


« Danse avec moi, ma belle… »

La jeune femme ne se fit pas prier, partit alors une danse effrénée durant la quelle le couple valsa avec le même plaisir d’une nouvelle relation intime. Malgré tout ce qu’elle avait put imaginer rien n’aurait pu être mieux en ce moment précis. Pour elle le temps s’était arrêté, elle aurait pu continuer de danser jusqu’à la fin de ses jours mais Evrin en désirait bien plus, n’étant pas d’un naturel patient, il la serra un peu plus fort…

« Ma douce, il est temps que je t’offre un peu de ma magie… »
« Me garderas-tu auprès de toi ? »
« Bien sûr… »

Alors que la jeune femme le serrait un peu plus dans ses bras, le vampire approcha ses lèvres du cou Kalhan. Il retroussa les lèvres et mordit en plein dans l’artère qui se trouvait juste sous la fine peau. Kalhan ne sentit aucune douleur, étrangement, tout son esprit était embrumé par des rêves agréables. Pourtant, petit à petit, elle se rendit compte que son pouls faiblissait et elle-même perdait des forces.

« Evrin… »

Le vampire soutenait avec sa force surnaturelle le corps flasque de sa conquête. Quand il sentit qu’elle était proche de la mort, il cessa de boire son sang et la coucha sur le sol. Il s’entailla le poignet et lui fit boire son sang.

« Bois mon ange, courage… »

Kalhan s’exécuta avec difficulté mais avec confiance en l’homme qui avait toujours prit soin d’elle. Elle avala goutte après goutte le sang d’Evrin reprenant ainsi des forces, mais des forces surnaturelles. Alors après quelques instants, elle lâcha le poignet du vampire et retomba sur le sol, sentant des douleurs atroces parcourir tous son corps. Se sentant se tordre de douleur, elle crût on heure arrivée, elle ne parvenait plus à contrôler son corps…

« Evrin… je meurs… »
« Non… Ne t’inquiète pas ce n’est que ton corps qui meurt… »

Lorsque toutes les douleurs eurent quitté le corps de Kalhan, Evrin l’emmena dans son manoir, là, il lui apprit comment il faudrait qu’elle se nourrisse pour survivre. Avant le lever du jour, ils partirent dans les rues pour chasser et rendre un maximum de forces à la jeune femme. Puis, ils retournèrent au manoir, là durant des années, le maître apprit tout ce qu’il pouvait à sa compagne afin de la protéger et la préparer aux années à venir…

Chapitre III : Une descendante à l'image de son histoire...

Que savent exactement, les mortels d’une naissance de vampire ?
Rien. Rien car s’ils avaient su reconnaître les signes d’une naissance vampirique, alors les vampires n’existeraient plus depuis longtemps… Mais là n’est pas le sujet…

C’était une de ces nuits sans Lune et sans étoiles d’ailleurs. Une de ces nuits plus silencieuse que la mort elle-même, plus froide et plus noire que toutes autres choses… Oui, c’était une de ces nuits où un ou, en l’occurrence, plusieurs vampires venaient à naître…

Cette nuit là, Merrick gémissait, elle sentait son corps vivre d’atroce douleurs qu’il n’avait plus connu depuis fort longtemps. Elle appela tous les dieux qu’elle connaissait à son aide, espérant de tout cœur que l’un d’eux viendrait à son aide. Mais la seule réponse fut celle de son mari qui serra un peu plus fort la main de sa compagne.


« Ma douce… Gardez courage… »

Tournant les yeux vers son mari, elle eut beaucoup de peine à ne pas l’envoyer valsé ailleurs. Il avait beau se montrer prévenant avec elle, rien n’y changerait quelque chose. Il fallait qu’elle accouche de l’enfant qu’elle portait. Après de douloureuses contractions et un hurlement rauque, une petite fille naquit. Avec sa peau pâle et cette expression typiquement vampirique, on aurait dit un ange…

Lorsqu’enfin le travail fut fini, la famille rejoignit le couple. Kalhan et Evrin, toujours présents, entourèrent leur arrière petite fille et regardèrent l’enfant. Depuis que Kalhan avait choisit de devenir une vampire, elle avait aussi choisit de prendre le nom d’Evrin, et depuis ce jour, les générations d’Askaràn se suivaient et étaient toutes féminines. Pas un fils en plus de deux siècles…


-"Je voulais un garçon !"

Le père de Lilou ne décolérait pas. Sa femme n'était bonne qu’à lui donner des filles. Lilou était maintenant sa troisième fille. Pourtant, si il voulait pouvoir un jour transmettre son nom il faudrait qu’elle lui donne un fils dans les temps à venir. Car dans la famille Askaràn, si l’enfant était une fille alors elle portait le nom de Askaràn en honneur à Evrin. Les deux premiers vampires ne survirèrent pas, en effet, elles étaient trop faibles.

-« Je finirai par t’en donner un, mais ne fait pas de mal à Levana … »

Il la foudroya du regard, c’était évident que jamais il ne toucherait à cet enfant. En bien ou en mal. Elle était identique aux deux première, elle avait hérité des même traits, alors pourquoi viendrait il voir à quoi elle ressemblait… Et il avait raison car son comportement lui fut reproché par les ancêtres de la famille. Kalhan et Evrin, tous deux très fières de leurs lignées pures quoi que féminines, décidèrent que ce vampire ne pourrait être associé leur famille. Sans metter personne au courant, ils le livrèrent aux chasseurs de vampires…

Lilou grandit donc avec ses ancêtres et sa mère, sans savoir comment son père s’était fait prendre. Elle vouait un culte à Evrin et Kalhan, passant le plus clair de son temps avec ceux qui avaient tant à lui apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezekael Tzekestall
† Préfet [V] ~ Sweet & Innocent Vampire †
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Lilou Askaràn => en cours...   Dim 1 Mar - 13:30


    Ta fiche est-elle bientôt finie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lilou Askaràn => en cours...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lilou Askaràn => en cours...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Le Manoir Bloody Cross † :: † Les règles sont faites pour être transgressées... mais pas tout de suite ! :: † Registre du Manoir.-
Sauter vers: