† Le Manoir Bloody Cross †

Tu crois voir à travers les Abysses mais ce sont les Abysses qui voient à travers toi.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i hate these dogs... [PV Armand]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aengus Z. Klein
† Préfet [H] - Clan de la Nuit †
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/02/2009
Age : 24
Localisation : Pas loin.

MessageSujet: i hate these dogs... [PV Armand]   Lun 2 Mar - 22:33


    Mentor - « Vous pouvez disposer. »

    Aengus fit reculer sa chaise et rassembla ses affaires qu’il rangea dans son sac en bandoulière. Il se leva et mit son sac sur son épaule avant de sortir de la salle de classe en saluant son Mentor d’Histoire d’un signe de tête. Il passa une main dans ses cheveux en soupirant légèrement et s’avança dans les couloirs du Manoir. C’était son dernier cours de la journée et il était bien content, il en avait marre de traîner avec tous ces abrutis. En effet, le jeune homme n’était pas vraiment proche de ses homologues Humains. Il avait toujours préféré les Vampires et cela était compréhensible ; il avait été élevé par l’un d’entre eux. A cause de cela, il passait pour un fou… mais bon, il se fichait pas mal de l’opinion des autres, cela ne l’intéressait absolument pas.
    Le jeune préfet traversa les couloirs du Manoir, à la recherche d’un peu de solitude. Sur son passage, ses camarades humains le regardaient étrangement ou grimaçaient légèrement. Il avait l’habitude. Beaucoup le pensaient fou, parce qu’il aimait les Vampires et ne cachait pas le fait qu’il souhaitait en devenir un. De plus, rares étaient les élèves qui acceptaient de se faire mordre par leurs camarades aux canines pointues. Pour preuve, ils n’étaient que quinze, membres du Clan de la Nuit. Et Aengus, en tant que préfet, était un peu le chef de ce clan. Et même les autres membres du clan le trouvaient bizarre, c’était pour dire…

    Aengus glissa ses mains dans les poches de son jean et s’engagea dans un couloir vide. Un peu de silence, ça ne faisait pas de mal. Il descendit les escaliers et se dirigea vers le salon. Il faisait beau dehors alors peu d’élèves étaient à l’intérieur, ainsi il risquait d’être tranquille. Il entra dans la grande pièce et constata qu’il avait raison. Il n’y avait pas âme qui vive dans le salon. Il sourit doucement, satisfait, et jeta son sac sur un fauteuil. Les élèves étaient dans le parc, ou bien à la bibliothèque. Lui avait déjà fait ses devoirs, il n’avait pas besoin d’aller dans la bibliothèque. Il voulut s’asseoir sur un fauteuil, mais une main se posa brusquement sur son bras. Il sursauta, poussant un léger cri, et se retourna. Un jeune Vampire se trouvait en face de lui, les yeux rougis par la soif. Aen soupira.

    Aengus - « Putain, Andrew ! T’aurais pas pu venir plus tôt ? T’as vu dans quel état tu es ? »

    Le Vampire grogna et plaqua Aengus contre le mur le plus proche avant de défaire le col de sa chemise. Le jeune homme posa ses mains sur ses épaules et dégagea son cou, habitué à ce genre de situation. Andrew planta ses canines dans sa nuque, soutirant un gémissement au préfet, qui se laissa totalement faire. Son liquide vital commença à s’échapper, nourrissant le jeune Vampire pressé contre lui. Son énergie s’en allait avec. Il ferma les yeux, et attendit qu’il ait fini, gémissant par moments, son corps plaqué contre celui du Vampire. Mais Andrew ne retira pas ses canines. Aen grogna et tenta de le repousser, sans succès.

    Aengus - « Andrew, arrête maintenant. Arrête, ou j’te bute. » lança-t-il d’une voix glaciale.

    Le Vampire sembla comprendre et retira ses canines, un filet de sang coulant le long de son menton. Il planta ses yeux dans les siens et le jeune préfet sentit que ça allait mal tourner. Andrew avait trop soif. Soudain, le Sang Froid tourna brusquement la tête, l’air mal à l’aise.

    Andrew - « Ça pue le chien. »

    Il s’éloigna d’Aengus et s’empressa de quitter le salon par la petite porte qui menait à la Salle à manger, le laissant affaibli et un peu tremblant. Le Serbe tourna la tête vers l’autre côté du Salon, discernant une silhouette dans la pénombre. Ça puait le chien ? Il s’agissait d’un Lycan, donc. Il détestait ces bestioles.

    Aengus - « Quoi ? » marmonna-t-il avant de poser une main dans son cou pour arrêter le saignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Kelbsky
† Préfet [L] ~ Hate Yourself
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 13/02/2009
Localisation : Dans ton dos mon amour.

MessageSujet: Re: i hate these dogs... [PV Armand]   Mar 3 Mar - 1:00

Il sortait d'une promenade seul dans le parc. Il n'avait pas cours cet après midi là, pour son plus grand soulagement. Enfin.. Il ne savait plus vraiment. En effet, quand il était en cours son cerveau se vidait de toute pensée pour se concentrer sur la leçon. Il était un élève appliqué et sérieux. Pourtant il ne participait pas à l'amélioration des relations entre les trois races. Il supportait à peine ceux de sa race, se sentant mal à l'aise dans sa propre communauté. Pourtant, ses bonnes notes, son intelligence, l'avaient promus à sa place de préfet. Il aimait bien posséder ces droits. On le laissait plus libre. Armand n'était pas totalement associable. Oh non. Il parlait, parfois, mais sa voix paraissait sans réel vie, tout comme son regard était neutre. Il s'amusait de voir les bagarres entre humains, entre vampires, et entre chiens. Lui même n'avait pas l'adrénaline des coups et du combat. Sauf pour la chasse, quand il laissait place volontairement au monstre.


Armand passa dans sa chambre, où il se changea, mettant des vêtements plus légers, et surtout plus séduisants. Il portait ainsi un jean délavé lui tombant sur les hanches de manière provocante, des chaussures en toile bordeaux complètement fichues et une chemise noire cintrée s'ouvrant largement sur les premiers boutons. Ainsi son torse d'albâtre était particulièrement suggéré. Je crois que le loup garou ne se rendait pas compte de sa beauté. Ses cheveux retombaient sur son visage taillé à la serpe, soulignant avec érotisme la ligne de ses traits délicats. Pourtant, les anneaux à son oreille, son regard brumeux, mystérieux, ses manières lentes et félines, il respirait la lassitude et la calme. Le préfet soupira en voyant son reflet. Oui , il ressemblait plus à un vampire qu'à un membre de son espèce. Il n'était pas aussi lunatique que ceux ci.

Le jeune homme sortit à nouveau dans le parc, pour fumer une cigarette. Il remonta, satisfait du chemin qu'une fumée vicieuse venait d'opérer en lui. Il aimait fumer, le geste, la sensation, oui il aimait. Le goût caractéristique de ces petites choses. L'envie lui prit, seul, comme toujours, de monter dans un lieu où il saurait qu'il trouverait une atmosphère chaleureuse, non digne de lui. Il n'y aurait personne, vu le soleil qui brillait de manière aveuglante dehors. Armand monta les escaliers lentement, un livre à la main qu'il venait de sortir de sa poche. Littérature russe, écrite dans sa langue maternelle. On n'entendait d'ailleurs les sonorités de sa langue quand il parlait. Le lycan ouvrit la porte du salon et esquissa un rictus en voyant qu'il avait raison. Il était seul. Enfin...

De simples paroles lâchées, qui accentua son rictus. Quelle ironie. Tomber sur un repas. Lui le chien venait déranger les deux amants ? Il s'avança et se contenta d'observer le vampire, dans l'ombre de la pièce, peu éclairée. Il restait stoïque, seul ce rictus, déformant son beau visage. Il soupira, une énième fois, et à la remarque désagréable de l'humain, ce « Quoi ? » , il redevint impassible et s'assit tranquillement. Le jeune homme, dans son monde à nouveau, enleva ses chaussures, s'installa sur un divan, de manière nonchalante et pourtant classe, puis commença à lire.

Il prononça juste de sa voix rauque, un mot, neutre, ne cherchant pas le conflit, ni la conversation. Un mot vide, exprimant le néant qui sévissait dans cet être :

« Rien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aengus Z. Klein
† Préfet [H] - Clan de la Nuit †
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/02/2009
Age : 24
Localisation : Pas loin.

MessageSujet: Re: i hate these dogs... [PV Armand]   Mer 4 Mar - 22:32


    Aengus haïssait les loups-garous. Ces stupides créatures étaient nées pour détruire les Vampires et cela constituait une raison suffisante de les haïr. Mais il n’y avait pas que cela. C’était à cause d’eux qu’il avait perdu Zoran, le Vampire qu’il avait aimé à en perdre la raison. Et là, il était obligé de vivre avec ces bestioles infâme, supporter leur présence chaque jour. Car même s’il faisait son possible pour ne pas rester en leur compagnie, il finissait toujours par en croiser un. Le simple fait de les voir allumait une rage sourde en lui. Ainsi, en cet instant, il bouillonnait.
    L’intru s’avança et Aen reconnu Armand Kelbsky, le préfet des Lycans. Il fronça les sourcils, agacé de le trouver ici. Il n’avait jamais réussi à cerner ce type. Pas qu’il l’intéressait, mais Aengus aimait comprendre ce qui l’entourait. Armand restait un mystère et il détestait cela. Le jeune homme le foudroya du regard, par pur réflexe, le fixant tandis qu’il s’asseyait avant de se plonger dans la lecture d’un livre.

    Armand » Rien.

    Aengus se détourna de lui et s’avança vers son sac, tentant d’ignorer sa présence. Il n’avait plus qu’une envie : se tirer d’ici. Être seul dans la même pièce qu’un loup-garou était carrément insupportable. Ces créatures n’étaient que des monstres, des erreurs de la nature qui n’existaient que pour éradiquer la race suprême que les Vampires étaient, aux yeux d’Aengus.
    Le jeune préfet était bien plus pâle que d’habitude, toute couleur avait déserté ses joues en même temps que son sang, aspiré par Andrew. Sa chemise blanche, déboutonnée sur le haut dévoilait un torse à la peau pâle et brillante et était tachée de sang. Son sang. Il n’avait pas pris le temps de se changer, aussi il portait toujours la cravate de son uniforme et le pantalon noir, coupé droit. Il essuya sa main couverte de sang dessus, d’ailleurs.
    Il sortit une trousse contenant des compresses et des bandages hors de son sac. Il devait stopper le saignement. Aen était habitué à ce genre de situation, aussi avait-il toujours de quoi se soigner sur lui. Andrew n’y était pas allé de main morte, la morsure était profonde. Il ouvrit le sachet contenant la compresse et la posa contre la morsure avant de grimacer. Il ne pouvait pas faire ça tout seul.

    Que faire ? Mettre son amour propre de côté et demander de l’aide ou monter à l’infirmerie, au risque de tomber inanimé dans les couloirs, ou de retomber sur un Andrew toujours assoiffé ? Aengus jura et regarda le Lycan occupé à lire, hésitant affreusement. Il ne voulait pas lui demander le moindre service, mais il avait déjà perdu trop de sang. Il était plus blanc que d’habitude, ses jambes peinaient à le porter et il avait des vertiges. Il n’avait pas le choix. Mettant de côté sa fierté et son aversion pour les Lycans, il s’approcha d’Armand d’un pas mal assuré.

    Aengus - « Excuse-moi… commença-t-il difficilement, comme si cela lui arrachait la bouche de lui adresser la parole. Tu peux… eh bien, m’aider à panser ça ? »

    Il tendit le bandage d’une main à peu tremblante, maintenant la compresse contre son cou avec son épaule. Il s’appuya sur le fauteuil d’Armand de l’autre main. Il avait besoin de s’asseoir. Mais il resta ainsi, ses prunelles ancrées dans les yeux du Lycan. S’il refusait… eh bien il irait crever dans le couloir, de toute évidence. Non, en tant que préfet, il n’allait pas le planter comme ça. Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand Kelbsky
† Préfet [L] ~ Hate Yourself
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 13/02/2009
Localisation : Dans ton dos mon amour.

MessageSujet: Re: i hate these dogs... [PV Armand]   Jeu 5 Mar - 20:55

Armand adorait la littérature de son pays. Il adorait. Lire un livre en Russe était un bonheur absolu pour lui. Il replongeait dans les longues heures passées avec sa mère. Ils étaient alors seuls, la femme allongée en travers de lui, la tête posée sur son torse, et ils lisaient chacun dans un silence total. Parfois , la génitrice levait la tête pour observer son fils, sa copie conforme. Peut être trop conforme, trop délicat, trop beau, trop parfait à ses yeux. Elle soulevait souvent aussi la chemise du lycanthrope pour observer les nombreuses marques qui couvraient son ventre plat. Elle les trouvait belles mais terribles. Le préfet ne savait pas pourquoi il repensait à ça alors que les lignes défilaient devant son regard de glace. Il ne faisait plus attention à l'humain. Il reniflait tranquillement les effluves de sang , son odorat fin ne trompant pas. Le monstre en lui aurait pu être assoiffée de cette chaire ainsi saignée. Pourtant, il le maîtrisait à présent. La pleine lune était encore loin dans le temps, et il détestait trop l'idée de redevenir cette chose ridicule et rejetée de son espèce pour désirer une transformation. Ses longs doigts dégagèrent quelques mèches de devant son regard, il lisait, absorbé. Sa position lui plaisait, elle reflétait une flegme et une solitude dont pour une fois il se repaissait. Le corps légèrement vautré, une jambe ramenée contre lui tandis que l'autre se balançait légèrement dans le vide. Pourquoi n'était-il pas né vampire ? Sa vie aurait été beaucoup simple. Il aurait été peut être heureux. Peut être serait-il maintenant une idole de ces humains, peut être haïrait-il sa propre race, peut être aurait-il des amis. Oui, tout aurait changé. Enfin, les regrets avaient toujours été inutiles. Il portait trop encore la trace cuisante de son passé pour idolâtrer une toute autre forme de vie pour lui.

Sa réflexion fut stoppée nette par une surprise. Que diable faisait cet humain ? Il était beaucoup trop proche. Son aura puait la haine et la révulsion à se trouver près d'un loup garou. Armand s'amusait souvent de cette haine, de ces conflits entre les races de cette école. Il trouvait cela si puéril. De toutes les races, il avait plus de mal à assumer les lycans que les vampires et humains. Cadeau de sa famille. Le jeune homme releva la tête, ses yeux d'argent observaient le garçon en face de lui. Ah , Aen, le préfet des adorateurs de vampire. Cet être était agacé par sa présence. Il le sentait. Il faut dire que le deuxième préfet des lycanthropes s'isolait souvent beaucoup, parlait avec neutralité et que si cela était nécessaire, et n'attisait jamais une bagarre. Il arrivait même que des élèves de sa propre race lui vouent rancune car il était objectif dans ses jugements. La demande du préfet surprit le russe. Il fronça légèrement les sourcils, son expression toujours impassible. Son regard dévia sans aucune critique sur le cou de l'humain, puis à son torse, magnifique d'ailleurs, mais pourtant tâché de sang. Il tremblait. Armand respectait son rôle de préfet, et il n'était pas cruel. Seul mais pas insensible.

« Oui, je peux », répondit-il tout en se levant de manière féline, s'étirant légèrement. Il observa quelques instants l'autre préfet, toujours sans juger ce qu'il voyait. Puis, il s'activa, ses gestes furent beaucoup plus doux que sa personne l'était d'ordinaire. Les mots trompaient, pas les gestes. Il serra d'une pression peu forte les épaules d'Aen et murmura d'un ton qui se voulait indifférent : « Assis toi. Tomber serait cruel après un tel plaisir. »

Le loup garou soupira légèrement , et prit enfin le bandage des mains du souffrant. Il se positionna sur l'accoudoir gauche, et se pencha légèrement. Un murmure ferme mais pas agressif s'échappa d'entre ses lèvres :


« Laisse. »

Il remplaça la main de l'humain par la sienne et pansa doucement, fronçant les sourcils pour ne pas lui faire mal, malgré tout. Il ne désirait pas de conflit, juste de la tranquillité, qu'on le laisse dans son petit monde où personne ne le connaissait vraiment. Le préfet émit un petit sifflement satisfait quand le sang s'arrêta de couler, et il entreprit d'essuyer tout ce sang sur le torse du jeune homme. Pas un instant il ne pensa à autre chose que sa tâche, même si la beauté du jeune homme n'était pas à négliger. Il retourna la compresse et enleva tout ce carmin avec rapidité. Pour être sûr de son résultat, il passa un doigt léger sur la peau diaphane. Il fut satisfait.

Le bandage fut enroulé autour du cou blessé avec efficacité. Armand se penchait sur Aen mais respectait son dégoût de lui. L'autre le haïssait comme tous ceux de sa race. Il ne cherchait pas plus loin. Quand il eut finis, il observa son livre posé au sol, puis le visage du garçon. Trop blanc. Il fouilla dans sa poche, puis tendit une barre chocolatée à l'humain en plongeant ses pupilles acier dans celles de l'autre. Il donnait son déjeuner. Oui son déjeuner, c'était peu, mais Armand frôlait l'anorexie.

« Voilà. Et tiens, mange ça. »

Un filet de voix plus haut que le murmure mais discret. Une voix vide et une beauté triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: i hate these dogs... [PV Armand]   

Revenir en haut Aller en bas
 
i hate these dogs... [PV Armand]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Laissons les statistiques au mangeur de hot-dogs. Aristide et Obama, deux grands
» Armand de Sacrepon [Spadassin][Aetius]
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Le Manoir Bloody Cross † :: † Bloody Cross > Premier Etage. :: † Le Salon.-
Sauter vers: